lundi 9 décembre 2013

EL RESULTADO DE UNA NEGOCIACION ANUNCIADA...

Lo dijo Ana Mercedes Diaz después del 14 A... este gobierno da y quita... 
Dificil saber de cuàl mayoria se habla si hubo 40% de abstenciòn. Estos resultados son una muestra de lo descuempuesto que està el Estado Venezolano. Hay que leerlos detenidamente y con cabeza fria : tanto quienes andan con "Patria o Muerte" o quienes creen al pie de la letra los comentarios apasionados de Maria Corina y Capriles cuando dicen que "la mayoria del pueblo venezolano quiere democracia", en Venezuela desde hace rato dejò de tomarse en cuenta la opiniòn de los venezolanos. Es una neo-dictadura contra una oposiciòn despechada. Sumando a ese 40% los que les dan el voto a los candidatos de la MUD por resignaciòn y porque no hay màs pa' dònde agarrar estamos peor que nunca... - Personalmente fue mi caso cuando voté por "el flaco". Hubiese preferido el proyecto de Diego Arria aunque se que a muchos les da urticaria hablar de Diego Arria porque estuvo ligado a CAP y que CAP es la reencarnaciòn del demonio segùn todos aquellos que decidieron votar por el proyecto cenil de Caldera - el famoso chiripero - en el ao 93 y por el proyecto golpista de Chavez en el 98. En fin, limitémonos diciendo que Diego Arria representa en la mentalidad colectiva un tiempo que ya fue superado. Sin embargo, desde mi punto de vista es un politico serio, quizàs un tanto màs cientìfico, recordando la tesis del sociòlogo Max Weber, que sabe de geopolìtica y que maneja con precisiòn el contexto internacional. Un hombre nuevo quizàs, pero con las mismas cualidades que Arria, podria representar, en todo caso, mucho mejor nuestros intereses que cualquiera de esos caudillos populistas que tienen que andar por ahi repartiendo besos y abrazos cual limonesneros para obtener votos y meter la coba de que son muy democràticos. Pero ya cuànto no denunciaron Uslar Pietri y otros intelectuales esos aires de caudillo que todo Presidente debìa asumir para conservar el poder en Venezuela. Lo mismo le criticaron a Ròmulo Betancourt, y sin embargo hoy muchos extrañan al hombre de la pipa que supo conducir el Estado Venezolano durante su perìdo presidencial e instaurar las reformas sociales y educativas necesarias para que el progreso irradiara desde Caracas hacia el interior de Venezuela. Definitivamente no estàn dadas las condiciones en Venezuela para instaurar una Repùblica en la que pueda gobernar el filòsofo-rey de Platòn. Seguiremos siempre buscando al Bolivar que expulsamos y que condenamos a morir solo en Santa Marta, al Pàez qua acabò con las filas de pardos y negros que se unìan a Boves y que logrò liderizar una nueva montonera... en una palabra al hombre providencial y cuasi-divino que luego de llegar a Miraflores se olvida de sus subditos y sus promesas. Lamentablemente a la mayoria de los votantes venezolanos lo que nos mueve es un lider carismàtico, populista y bien macho... Decepciòn y apatìa, pañitos de agua tibia... asì vamos y asì seguiremos... Los que se sienten felices con una victoria alucinada, que disfruten su regocijo si eso los hace sentir mejor... Yo dificilmente puedo entender como es que en uno y en otro campo pueden atribuirse falsas victorias y cuàn ràpido nos hemos olvidado de lo fraudulento que es nuestro àrbitro electoral.

lundi 21 octobre 2013

Et c'est ainsi que démarre le premier stage de L'AS Bellecour-Perrache

Lundi 21 octobre 2013.  Dix-huit enfants de l'AS Bellecour-Perrache, arrivent dans le club-house du stade Sony Anderson pour prendre le petit déjeuner.  Ils sont accueillis par les organisateurs de cette activité innovatrice que ladite association vient de mettre en place. C'est un stage multisports et culturel que le responsable de l'école de foot a proposé aux parents.  C'est une réalisation qui a ete rendue possible grâce au soutien du président de l'asbp, du directeur adjoint de l'école de foot, de la mairie du deuxième arrondissement et sponsorisé par le restaurant libanais Adonys.
Dans ce stage différentes activités ont été prévues.  Des cours d'initiation aux arts-martieux traditioneelles, dirigé  par un éducateur spécialisé (ali kouni kung fu) ; du suivi scolaire ; une visite du grand aquarium ; piscine et un concert de musique avec le  groupe bye bye dubai (byebyedubai.bandcamp.com).
M. Heloula, responsable de l'école de foot espère pouvoir pérenniser cette initiative originale, dans un souci de faire découvrir aux enfants passionnés du football des activités tout aussi fascinantes et qui enrichiront leurs esprits.



samedi 19 octobre 2013

El gran anhelo

Es el titulo de uno de los poemas del célebre poeta libanés Gibran Khalil Gibran que siempre galopa en mi cabeza y comienza :

Aqui estoy, sentado entre mi hermana la montaña y mi hermana la mar... (cf. infra)

Las redes sociales rebozan de comentarios a propòsito de la noticia del dìa de hoy en Venezuela :
"Excluyen de CADIVI a viajeros, estudiantes y casos especiales"



Y es que esta noticia no me sorprende tanto como el embotamiento mental y la hipocresía de muchos venezolanos que siguen creyendo que es necesario que "el ciudadano común", encima de todos los problemas que le impone la cotidianidad tiene todavía que ponerse la mano en el corazón para construir un sistema más justo. El socialismo no hizo sino avivar el espíritu consumidor que sin duda vive en cada uno de nosotros. No es mi intención criticar desde mi computadora, como muchos me lo han hecho saber, muy cómodamente la situación de un país que llevo en las venas y cuyo caso me aflige diariamente. Estar afuera, en cambio, me ha dado la oportunidad de ver cómo evolucionó y se degradó vertiginosamente la situación de un país en el que los nuevos ricos no cambiaron para nada la actitud de consumismo y sifrinismo salvaje, tal y como los chavistas convencidos y embobados con una revolución de mentiras lo creen.

Son muchos los testimonios de cantidad de venezolanos, jóvenes y profesionales que agarramos vuelo en busca de oportunidades y de una vida más tranquila. De niñeros, a limpia pisos y a lava-platos (pero no por snobismo, como aquella canción de los años 30 del cantante que se fue a NY), desde que CADIVI arremetió contra el ciudadano común, son diez mil y un los oficios por los que los venezolanos en el exterior hemos pasado. En lo particular, de sólo pensar en las diez mil trabas que implicaban todos los trámites administrativos yo renuncié de oficio y jamás intenté meterme en ese papeleo loco que sacaba muchas canas y quemaba mucho tiempo.

Qué no decir del viajero que logró salir en el tiempo de las vacas gordas pidiendo posada o quedándose en el hotel más barato; sudando a chorros cada vez que pasaba la tarjeta o que iba a un distribuidor automático y recogiendo hasta el ticket de caja del único café que se pudo tomar con sus amigos o familia en el casco histórico de la ciudad que estaba visitando, para rendir cuentas y evitar multas ! Parece mentira ! Los hijos de una verdadera Venezuela Saudita a la buena de Dios por el mundo.

Frente a estas dos realidades surge la de todos aquellos comerciantes independientes, que observan día a día cómo es que el gobierno empeña su futuro. Sin embargo, en lugar de despertar la solidaridad del vecino, es un sentimiento completamente distinto el que surge. Uno vil y malsano, el del regocijo ! : "lleva ! capitalista, explotador, imperialista !, para que vivas en carne propia la desdicha del pobre !"

Del pobre ? de cuál pobre ?

Del que tenia que trabajar para ese capitalista que ahora se encuentra al borde de la quiebra, y que encontró que mejor negocio le resultaba ir a Panamá "a raspar la tarjeta" y revender su cupo de dólares en el mercado negro ???

El joven europeo, hijo de papi y mami, estudiante de ciencias políticas, soñador, inmaduro, pequeño burgués, convencido en que Venezuela era el escenario de la verdadera revolución internacional socialista que Jean Jaurès jamás logró realizar por haber sido asesinado y que Maurice Thorez, tampoco pudo hacer efectiva por culpa del plan Marshall ??? Ese mismo jovencito que con su atractivo acento se permitía llamar burgueses a los venezolanos de clase media mientras les vendían a esos mismos venezolanos de clase media euros a precio del mercado negro y llevaban una vida de fiesta, de despilfarro y de rumba ???

O de la nueva versión de los "ta-barato" vestidos con prêt-à-porter, los mismos que usan tabletas apple, I-phones, relojes Cartier y Gucci gracias a sus relaciones con los altos funcionarios de nuestro gobierno revolucionario y bolivariano ?

Yo no puedo ver las cosas sino en negro, pues para mí hemos debido despertar hace años cuando los primeros venezolanos tuvieron que exiliarse en el extranjero por alzar su voz contra un tirano que se hizo con todos los poderes del Estado, que nombró funcionarios a dedo y que le mintió vilmente a los más humildes, favoreciendo siempre a los más vivos. Y si no, que alguien me diga qué niño diplomado de alguna misión está lo suficientemente preparado como para competir en el mercado de estudios superiores o de empleo. Cuáles son sus competencias? Qué programas de informática maneja? Cuántos idiomas habla? Es capaz de manejar temas de geopolítica en una forma distinta a la del militante convencido? Cuáles son sus conocimientos de cultura general, de historia, de geografía... por no hablar de cosas más complicadas como de algoritmos, de geometría... Qué herramientas tecnológicas domina?

Pregunto : es con ese tipo de profesionales que el chavismo sigue pensando que el día de mañana seremos al fin una gran potencia mundial !!!???

Pregunto : aquellos que son tan "come-flor" para exigir que nos pongamos la mano en el corazón y "nos replanteemos las formas de producción"... de verdad creen que mientras diseñamos un nuevo modelo económico - y me encantaría que se dejaran de tanta poesía barata y propusieran de una vez por todas cuál es el fulano modelo económico que tienen en mente -, la mayoría de los venezolanos que tan apegados están al consumismo van a dejar de ser quienes son ? Podría citar millones de ejemplos : "cuál vino tomamos?": "pues vamos a tomarnos este que es francés"; "qué computadora nos compramos ?" : "una Mac, psss ! o sea marico por dios ! la pregunta ofende !" ; "qué es lo primero que haremos cuando lleguemos a Paris ? : jelou ! ir a los Campos Eliseos, ocbvio !" y después a la Torre Eiffel pa la foto !". Hace tan sòlo dos dìas pude escuchar a dos hablando en el metro : "chaaaaaaaaamo ! le compré un pañuelo de seda y la vieja me amó ! Wow ! qué belleza ! qué detallazo !"

Cada quién como es. El ser humano es libre de actuar y de expresarse como quiera. No es mi intención hacer una disertación y emitir un juicio sobre la forma en que nos expresamos los venezolanos. Por tal motivo considero que quienes están convencidos de poder cambiar la mentalidad de 26 millones de almas sometiéndolas a un ideal absurdo, siendo que el mundo funciona de forma completamente distinta, son partidarios de una verdadera dictadura. Son además una cuerda de hipócritas pues al cabo de estos 14 años quedó más que claro que el pobre más pobre anhela y persigue lo mismo que "el que está cuadrado", "bien montado", "el que coronó". Quien es venezolano sabe perfectamente a qué me refiero. Es una locura pretender que los venezolanos, siendo como somos, tengamos que amoldarnos a "un nuevo modo de ser". Esas son fantasías bobas de alguno que creyó que esa era la solución a adoptar. Y la anarquía seguirá hasta que no terminemos de aceptar que somos diferentes, que queremos cosas diferentes y que para que en nuestro país reine la paz y el amor tiene que haber imparcialidad, objetividad y honestidad en nuestras instituciones ! Tenemos que rescatar nuestra república en la que existía una cierta separación de poderes y mejorarla. Aprender de las lecciones que nos ha dado la historia. El neo-caudillo que se creía todopoderoso pudo mediocremente manejar su complicado sistema de contradicciones pero entregó su salud haciéndolo. Somos los venezolanos tan ciegos y orgullosos como para no darnos cuenta que hace rato tocamos fondo y que ahora sólo nos queda aceptar nuestros errores con humildad y levantarnos para intentar reconstruir todo lo que ya destruimos ? Todavía somos muchos los que simplemente seguimos soñando con un país en el que existan iguales oportunidades para todos. Es lo justo. Pero entre tanta pelea cantada desde el 86, quedará algún pedazo de tierra en Una Nación llamada Venezuela para hacer realidad ese sueño ? O continuaremos hipotecàndola creyendo obstinadamente que podremos cambiar el mundo. Hay que ser bien egocéntrico para pensar que si desde hace 14 años las cosas en nuestro barrio no mejoran, tengamos que seguir insistiendo porque nos fue encomendada la misión mística de mejorar al mundo. Lo cual me conduce inevitablemente a recordar de dónde venimos y quiénes somos, y esa idiosincrasia criolla de creernos siempre mejor que los demás y más papistas que el Papa.

La solución es sencilla, lo demás viene por añadidura.



mercredi 9 octobre 2013

Bayly - JJ Rendón responde los ataques verbales de Maduro y compañía.

QUITATE TU ...



L'une des chansons populaires qui décrivent le mieux l'histoire politique du Venezuela...

"Bouge de là pour me mettre à ta place". La situation ne fait que se dégrader et on ne perd pas les mauvaises habitudes.

Les adulateurs étaient bel et bien là pour accompagner le leader charismatique et le couvrir des fleurs et des belles phrases. En un mot, le mystifier. Craint par ses adversaires, ces derniers n'ont jamais trop osé l'appeler par son nom : un néocaudillo, un llanero.

Quelques esprits éclairés ont manifesté à temps leur méfiance à l'égard des négociations célébrées dans l'ombre, à l'abri des opinions critiques qui auraient pu sauver la République (IVe, Ve, XIIIe, peu importe... sauver ne serait-ce que la République tout court aurait été une belle réussite)... mais personne n'a voulu les entendre.

Les plus jeunes héritiers de l'ancienne Internationale socialiste européenne (de la fin du XIXe et du début du XXe) étaient là, eux aussi, pour s'alimenter des "possibilismes"; de même que leurs aïeuls se sont alimenté un jour d'un beau rêve, celui d'El Dorado. Seulement eux, c'était des humanistes et non pas des conquistadors.
Peu importe la légalité, peu importent les institutions au laboratoire politique de l'Occident...

Les petites gens n'étaient pas assez critiques à l'égard de leurs élites. Accrochées au romanticisme que l'on a perdu par tout ailleurs, elles étaient facilement manipulables, elles pouvaient facilement se laisser guider par leurs passions et, tout compte fait,... Elles garderaient toujours le sourire. On parle quand même du peuple qui a été élu comme le plus heureux par le Guiness book de 2006 !

Mais que faire quand le leader charismatique a désigné comme dauphin son antithèse ? Que faire lorsque le peuple le plus heureux commence à éprouver une psychose généralisée, lorsqu'il semble résigné ou perdu dans des faux espoirs... Lorsqu'il en a tout simplement marre de mener la vie qu'on l'oblige à mener ?
Le leader charismatique aurait fait son choix ex professo, poussé par son ego surdimensionné afin de pouvoir continuer à vivre dans la mémoire du peuple dans l'au-delà et pour continuer à se faire adorer ? Pour que l'on dise avec une certaine et un certain regret... "le pauvre, il n'avait plus toute sa tête, il devait être accablé par les effets secondaires de son traitement"... Et puis, c'est lui la Patrie, c'est lui l'espoir... qu'est-ce qu'on se soucie des petites gens ? Leur rôle n'est pas finalement celui d'alimenter l'espoir ?... L'espoir des autres, leur propre espoir ?

Aujourd'hui, l'incompétence règne...

On a oublié la fraude, on a oublié les manipulations médiatiques, on s'accroche à un extrait d'acte de naissance qui distrait l'opinion de ce qui est réellement important : la République est morte... le leader charismatique l'a tuée en 1998 pour mettre à la place sa propre personne... Et malheureusement, avec la disparition physique du leader, le gouvernement n'existe plus, car c'est le leader qui réunissait à lui tout seul le gouvernement, le pouvoir des juges, le pouvoir de faire passer les lois et de les faire exécuter. Plus personne pour tirer les rennes de la Patrie à part un fantôme, un rêve, une idée, une promesse inachevée d'une révolution "bonita".

lundi 23 septembre 2013

Vers l'inconnu


En voyant la photo qui apparaît ci-dessus ce matin je n'ai pu m'empêcher de faire le lien entre la toile de fond, la scène de devant et le départ en masse des Vénézuéliens. Je n'ai pu éviter de penser aux milliers de diplômés qui depuis 2002 ont commencé à émigrer, fuyant un régime où l'exclusion et le paroxysme se font de plus en plus présents. Un régime qui prétend consolider l'indépendance économique en hypothéquant les richesses nationales à la Chine...

C'est un fait bien connu que depuis 2006 l'émigration des Vénézuéliens se fait en masse. Le professeur Ivan de la Vega [http://usbnoticias.info/post/18005] calculait que, pour l'année 2010, 800.000 scientifiques et Vénézuéliens diplômés avaient quitté le pays [Voir également son article "Emigración intelectual en Venezuela, el caso de la ciencia y la tecnología", INCI [online]. 2003, vol.28, n.5 [citado  2013-09-23], pp. 259-267 . URL: http://www.scielo.org.ve/scielo.php?pid=S0378-18442003000500003&script=sci_arttext ]. 


Ce chiffre paraît surprenant et cependant, si nous considérons l'augmentation considérable (50%) du nombre de Vénézuéliens inscrits dans les Registres consulaires lors des dernières élections (7 octobre 2012 et 14 avril 2013) [Voir en ce sens l'article de presse du journal El Universal: http://www.eluniversal.com/nacional-y-politica/elecciones-2012/121007/100495-venezolanos-votan-en-el-extranjero], il s'en suit que ces estimations n'ont rien d'insensées ou de sensationnalistes ; comme le prétendent certaines factions adeptes au régime.

C'est bien connu également, le phénomène du culte au héros national des Vénézuéliens. Néanmoins, bien avant la mort d'Hugo Chavez ce phénomène a pris des dimensions démesurées: [Voir l'article de http://www.noticias24.com/venezuela/noticia/159912/entre-la-adoracion-el-sueno-de-un-milagro-y-la-critica-el-culto-a-chavez-abre-el-debate-fotos/]



Photo Vanesa Navas, Noticias 24

Au moment de la dénonciation de la fraude électorale, flagrante aux élections du 14 avril 2013, quelqu'un avait fait circuler sur facebook le récit de sa visite au Cuartel de la montaña (la Caserne de la montagne), lieu du culte voué par les chavistas au "Commandant suprême" disparu. Ce récit, tout à fait surréaliste, correspond pourtant à une image bien réelle de ce que se vit au Venezuela. Le culte du Commandant a atteint un tel degré que dépasse largement le culte bolivarien. Chavez, adorateur de Bolivar, est en train de remplacer l'idéal national construit autour de la figure du Libertador et une nouvelle histoire du Venezuela est en train de prendre forme, dictée par les passions et la rancune. Mais cela ne me surprend pas d'un pays où 60% de la population, voire plus, se livre à ce genre des pratiques qui relèvent de la santeria. Dès l'auto-putsch de 2002, j'avais remarqué la présence, dans plusieurs foyers vénézuéliens des photos idolâtriques d'Hugo Chavez posées sur des espèces d'autels. Elles se vendaient comme des petits pains dans les stands des buhoneros (vendeurs ambulants) et, sur certaines de ces images, la figure du Comandante était représentée entourée une auréole de sainteté. Cela ne me surprend pas, certes. Cela me désole, me chagrine et me déçois, car je repense sans cesse à la bataille titanesque à laquelle s'étaient livrés les héros de l'Indépendance (Francisco de Miranda, Andrés Bello, Simon Rodriguez, Juan German Roscio, Antonio José de Sucre, Bolivar lui-même et tant d'autres...) contre la superstition et les pratiques païennes. Je me rends compte que cette lutte est sans espoir, car ces pratiques sont profondément ancrées dans la mentalité vénézuélienne. Ce qui est alarment, en revanche, c'est que l’instrumentalisation que les nouvelles élites politiques vénézuéliennes en ont fait ; et la manière dont ces pratiques passent inaperçues lorsque les défenseurs de la révolution bolivarienne qui se veut démocratique, respectueuse de la dignité des citoyens et de l'état de droit, prennent la parole pour prêcher en faveur des actions de ce régime.

Plus surprenant encore le communiqué auquel j'ai eu droit ce matin: http://es.raelpress.org/news.php?item.219.1, car beaucoup de défenseurs de la cause palestinienne ne veulent pas entendre un mot de travers à l'égard de celui qu'ils considèrent comme un héros. Avec un peu de chance, la foule de fanatiques qui rend culte à ce héros réussira peut-être à le faire revenir en bafouant les lois de la nature, de la même manière qu'ils ont bafoué les lois de l'Etat vénézuélien. Bien entendu, c'est une rumeur qui n'a rien d'officielle et qui semble tirée par les cheveux mais qui raviverait l'espoir de grand nombre des Vénézuéliens adorateurs de leur Commandant.

Le Venezuela, plus que jamais divisé et dépourvu d'institutions, a du mal à trouver des repères raisonnables, dominé par la méfiance et la pénurie du quotidien. Les problèmes de ravitaillement d'énergie et d'aliments, persiste et l'administration Maduro, après 5 mois au pouvoir, n'y a apporté aucune solution concrète, de même qu'elle n'a rien fait contre le problème l'insécurité. [Voir en ce sens l'article du journal El Universal: http://www.eluniversal.com/nacional-y-politica/130922/colapso-total]. En revanche, Leocenis Garcia demeure en prison et deux de ses collègues se sont vus obligés à quitter le pays pour les Etats-Unis où ils ont demandé l'asile. La raison ? Avoir dévoilé une recherche autour des nouvelles fortunes issues du chavisme.

Ainsi, le Venezuela offre un paysage aux couleurs rougeâtres dont la composition est simple :

  • une nouvelle élite [les boliburgueses] qui contrôle l'économie et la rentrée des devises étrangères au Venezuela ; 
  • ceux qui ont su s'adapter aux nouvelles pratiques de survie (le marché noir, la spéculation avec les divises étrangères obtenues à travers CADIVI et les accords avec la banque privée, sans parlé du traffic d'armes et des drogues) ; puis, 
  • ceux qui n'y arrivent pas et qui, de ce fait, se trouvent inévitablement condamnés au paupérisme ou à l'exil.




mercredi 18 septembre 2013

Opinión y análisis 2011 - Adiós a la Casa Amarilla

Opinión y análisis 2011 - Adiós a la Casa Amarilla

Adiós a la Casa Amarilla: Article en espagnol qui parle des conditions dans lesquelles j'ai travaillé en 2011. Deux photos qui illustrent le propos du billet que j'ai publié sur le blog du pôle méthodes à mon retour. Archives diplomatiques. Venezuela, 2011

jeudi 22 août 2013

El hecho es que hay dictadura y que Venezuela se transformó en una colonia cubana

Cómo explicarle a millones de adoradores en forma simple y sencilla nuestra complicada historia política para que entiendan ? He terminado por concluir que es una tarea imposible. Equivaldría al trabajo fatigoso del can, que atado con una cadena ladra y se sofoca detrás de las rejas frente al pasante entrometido y desocupado que se burla de él desde el otro lado de las rejas.
Muchos admiran a Chavez, dentro y fuera de Venezuela. Ese es un hecho. Lo que muchos no alcanzan a imaginar es que con todos sus movimientos, como Jorge Olavarria lo advirtiera un  de julio de 1999, este megalómano personaje nos estaba llevando directo a nuestra propia ruina. Mejor dicho, nos estaba llevando directo al matadero !
Diversas posiciones contradictorias han comenzado a surgir del 14 A 2013 hasta hoy. Ante el fraude indiscutible y ya no disimulable del CNE en esas últimas elecciones, ir a un plebiscito el 8 D 2013 significaría dar pie a dos escenarios : el primero, legitimar la sucesión cuasi imperial de diciembre del 2012, que ahora se victimiza difundiendo la insensata tesis de un magnicidio planeado por los Estados Unidos para librarse de la responsabilidad de haber disimulado y mentido sobre el estado de salud del extinto dictador Hugo Chavez Frías. El segundo escenario, estaría más próximo del final de una comedia romántica de Hollywood que de la realidad venezolana ; es sencillamente imposible en las actuales condiciones. El Estado controla la Oficina de Identificación Nacional, Las Fuerzas Armadas y los miembros del Plan República y los medios de comunicación; con el agravante de que, hasta ahora, no contamos con observadores internacionales serios y presentes en todos los centros de votación. Cómo pensar en elecciones limpias frente al reiterado control de todas las instituciones por la dictadura chavista? Por otra parte, valen más las negociaciones comerciales, los contratos petroleros por real y medio, que la libertad de un pueblo y que el Estado de derecho. Y el daño fue causado no hace seis meses, o un año, o dos, o tres. El daño fue hecho paulatinamente desde 1999, con la vejación a la antigua Constitución Nacional de 1961; con las nominaciones hechas a dedo por el extinto dictador Hugo Chavez Frías, en los altos mandos de las FAN y de PDVSA; con la supresión de la cámara de Senadores, encargada de ejercer la misma función que en Francia ejerce por ejemplo le Conseil D'Etat. En Venezuela Chavez acabó con el principio del equilibrio de poderes convirtiéndose el Estado venezolano en un sistema de poder personalista apoyado sobre un partido monolítico y que agravó profundamente el fenómeno clientelista, haciendo de el mismo un estado de comportamiento político crónico del venezolano común.
Pero estas serán palabras que, como muchas de las pronunciadas por los defensores de la democracia, se las llevará el viento. Si Jesucristo ha tenido mucho más éxito que dios en la tierra es porque a los seres humanos nos encanta una super-estrella que haga milagros. Es mucho más fácil que aprender a asumir de una buena vez y por todos nuestras responsabilidades.
Ahora que la economía venezolana se encuentra arruinada (Venezuela paso de ser exportador de ciertos rubros agrícolas como el arroz y el azúcar para convertirse en importador y el petróleo venezolano se vende a 80% menos de su precio en el mercado debido al alto monto de las deudas asumidas por el Estado con China, Rusia, Italia, Estados Unidos y con quién sabe cuántos países más, pues la desinformación se ha convertido en la regla. Todos sabemos que Cuba vende inclusive petróleo venezolano), el comandante super-star ya se ha ido, su nombre quedará para siempre envuelto de gloria gracias a la ignorancia infinita de sus seguidores y el futuro de los venezolanos continuará comprometido durante unas diez generaciones más, si es que logramos despertar a tiempo y evitamos continuar comprendiéndolo.


Discurso de Jorge Olavarria del 5 de julio de 1999.


Como el orador mismo lo indicó en ese momento, él estaba haciendo historia. Pocos tuvieron en ese entonces las ideas claras, los ánimos sosegados y la inteligencia de nuestra historia política nacional tan clara como para hacer oír sus voces y prefirieron callarse. Mi pregunta es, después de estos 14 años de experiencia dictatorial, de poder unipersonal y de desvarío, durante cuánto tiempo más permanerán calladas las voces de los venezolanos ?

dimanche 18 août 2013

Pile ou face... cela dépend de quel côté la monnaie tombe

Entrevista con Vincent Lapierre acerca del chavismo en Francia - Vidéo Dailymotion

Je suis tombée par hasard sur cette vidéo... On m’avait invité à débattre avec M. Lapierre en début de l’année mais Monsieur s’est contenté de dire qu’il ne pouvait pas. Je comprends mieux maintenant pourquoi il a voulu dilater la question de ce débat. De mon point de vue c’est un militant et non pas quelqu’un de sérieux. J’ai arrêté la vidéo lorsqu’il a dit qu’on voulait "le diaboliser". Belle manière de défendre un idée !
Fort heureusement ce débat n’a pas eu lieu. Il ne peut y avoir de débat avec quelqu’un de si peu sincère qui n’est pas capable d’afficher d’emblée sa casquette militante, se couvrant sous celle de "scientifique". J’ai observé avec quelque peine que dans les universités françaises sont peu les gens qui peuvent parler en connaissance de cause de la situation vénézuélienne.Par exemple, à la bibliothèque des archives de la Courneuve, il y a beaucoup de matériel sur le Venezuela publié par La Documentation française et en français ! Mais peu de chercheurs le demandent. Je trouve cela inouï ! Ces publications expliquent suffisamment bien la situation du pays au moins jusqu’en 1964, et notamment attestent des programmes en matière d’éducation et de santé qui furent implantés par le parti Action démocratique. Par ailleurs l’on trouve tous les documents relatifs à la réforme agraire. Chavez n’a pas inventé l’eau tiède comme on dit en Amérique du sud ! De mon point de vue, ce sont les conditions dans lesquelles il arrive au pouvoir et le renforcement du système clientéliste vénézuélien à travers ses missions qui mériteraient d’être discutées. Et non pas faire écho du discours : s’il combat les EE UU ou l’"empire"… cela ressemble plus à un film de la guerre des étoiles qu’à la réalité ! On se croirait en présence du porte-parole de Luke Skywalker ! C’est bien dommage que de soit-disons chercheurs comme "Vincent Lapierre" répandent le mythe et la légende d’un supposé héro socialiste et avec une thèse en poche ! Pourtant, on connaît en France l’histoire de Perón en Argentine, celle de Vargas au Brésil et même celle de Fidel à Cuba. Donc je crois que ce Monsieur devrait savoir que personne n’est en train de le diaboliser… Il y a la réalité et la fantaisie et il faut savoir faire la distinction entre les deux… Entre la folie des militants et les accords commerciaux que les chavistes continuent à signer y compris avec les Etats-Unis le Venezuela est condamné à continuer à subir les ravages de la folie du "commandant suprême", [comme Maduro l’appelle]… sans que personne cherche à aller plus loin dans les analyses d'un cas aussi délicat que celui du Venezuela !
Ce site de"culture libre" sur lequel la vidéo est publiée m'interroge… si c’est de la culture libre pourquoi on la réserve à quelqu’un qui exprime un seul point de vue, de plus, biaisé et passionné, sur un sujet aussi délicat ? S’il a fait cette vidéo avec l’intention affichée de "défendre sa réputation" [se défendre de ceux qui cherchent à le diaboliser, je veux dire], comment peut-on croire en ce qu’il dit et le faire circuler sur internet ? Cela me semble complètement irresponsable !… Je me demande, maintenant que Chavez est mort, que les investigations contre les cas de fraude électorale et corruption poursuivent leur route et que la situation catastrophique dans laquelle les élites chaviste ont mis le pays ne peut plus être dissimulée M. Lapierre, tout comme Chavez l’a fait lorsqu’il vivait encore, faire porter la faute sur le dos d’un soit-disons "capitalisme" ou "impérialisme" ? Chavez a eu 14 années pour tenir ses promesses et il ne l’a pas fait. Pourtant il a eu tous les moyens pour le faire. Ce que l’on observe aujourd’hui n’est que le résultat de ces 14 années de mensonge… Je crois que Chavez était un homme beaucoup trop intelligent pour se prendre vraiment pour Bolivar. Cela n’a été qu’un outil pour entraîner les masses. L’on sait très bien à quel point les Vénézuéliens ont fait du culte au Libertador leur religion… et Chavez n’a pas hésité à s’approprier de cet image pour atteindre la popularité transnationale qu’il souhaitait avoir.
J'estime que se donner tant de mal pour se faire comprendre et entendre des latino-américains est une attitude suspecte.  J'aimerais savoir si M. Lapirre tient compte des voix distinctes à celles du discours officiel lorsqu'il tire ses conclusions du processus révolutionnaire. La conférence suivante donne l'avis de trois journalistes indépendant que les régimes totalitaires de l'Amérique Latine ont souvent injurié, accusé d'être des espions de la  CIA ou des porte-paroles des investisseurs privés... pourtant, ils ne font que lutter avec le bout des doigts pour ouvrir des espaces d’expression au citoyen comme... Ils confrontent le pouvoir jour après jour pour faire simplement leur travail critique. J'aimerais que les européens et en particulier M. Lapierre arrêt d'analyse une situation qui lui échappe depuis sa vision romantique et son contexte franco-français. La situation de nos pays est beaucoup plus complexe. Les causes de notre drame sont aussi historiques... le neo-caudillo est réapparu avec force à la fin du siècle dernier, sans réussir à améliorer nos conditions de vie. Tout le contraire, la crise de nos régimes démocratiques nous a conduit droit direct à un système totalitariste, qui traîne derrière lui les vieux fléaux : corruption, clientélisme... sans que nous ayons des institutions impartiales et indépendantes auprès desquelles nous plaindre. Pire encore, avec le contrôle des médias de communication par l'Etat, nous sommes condamnés à la désinformation... à vivre de la fantaisie et du rêve, tout comme Vincent Lapierre... Pendant ce temps là notre richesse nationale (pétrole, bauxite, eau, fer, nickel, biodiversité...) est pillée et négociée à la guise des neo-caudillos et de nouvelles élites (l'entourage des neo-caudillos).

Conversatorios-en-casa-de-america/conversatorios-casa-america-yoani-sanchez-leopoldo-castillo-carlos-pagni/1962347/

mardi 6 août 2013

Diàlogo ? Con quién ? Còmo y en qué condiciones ? / Dialogue ? Avec qui ? Comment et dans quelles conditions ?

En el primer video vemos a un Leopoldo sereno, que con justeza describe la actualidad nacional y aporta soluciones válidas a los diferentes problemas que sufrimos y enfrentamos dìa a dìa los venezolanos. Realiza un llamado al diàlogo, al entendimiento... En ningùn momento es ofensivo, dice muchas verdades y su juicio es bastante constructivo. Hay que reconocerle que, en este estado de polarizacion nacional, solo alguien que tenga los nervios de acero puede emitir tal opinion, sin caer en juicios inquisitivos, sin desligarse de culpas y endilgarselas al bando contrario, sin mentiras !

Sur cette première vidéo nous voyons un Leopoldo (journaliste vénézuélien) serin, qui décrivant avec justesse l'actuallité national et apportant des solutions valables et concrètes aux différents problèmes que subissent aujourd'hui et que doivent confronter les Vénézuéliens. Ils appelle au dialogue, à l'entente. À aucun moment il n'est offensif, il dit beaucoup de vérités et son jugement est très constructif. Il faut dire qu'il faut avoir les nerfs d'acier pour parler devant une coméra pour que, dans ce contexte de polarisation qui est le Vénézuélien l'on puisse ainsi parler, dégagé de toute forme de jugement inquisitif, sans parler de coupables, sans mensonge !
http://www.dailymotion.com/video/x12q8g2_leopoldo-castillo-el-gobierno-pretende-tapar-lo-economico-con-este-carnaval-de-informaciones_news

Maduro, como buen alumno de su comandante supremo repondiò una vez màs con injurias a una peticiòn que es la misma de todos los venezolanos que quieren pasearse por las calles sin miedo, que quieren pasar màximo dos horas haciendo el mercado y no todo un dìa recorriendo diferentes comercios para encontrar sus vìveres, de aquellos venezolanos que también forman parte del mismo paìs y que se sienten EXPROPIADOS DE SU CIUDADANIA !

Maduro, en bon élève de son commandant suprême à répondu encore une fois par l'injure à une demande. Une demande qui est celle de tous les Vénézuéliens qui veulent se promener sans peur dans les rues de leur pays, qui veulent dépenser peut-être deux heures de leur journée pour faire les courses au grand maximum et ne pas avoir à chercher leurs vivres dans tous les magasins de leur ville, des Vénézuéliens qui font partie du même pays mais qui se sentent EXPROPRIES DE LEUR CITOYENNETÉ !
http://www.dailymotion.com/video/x12qcbb_leopoldo-castillo-a-maduro-no-acepto-que-nos-llame-corruptos-y-complices_news?from_related=related.page.ext.behavior-no-related.ebe7f5a006c2ebeae129f32bfef4009c137578802#from=embed-playreloff-1-newrelated

vendredi 2 août 2013

Alice s'amuse moins lorsque la reine de cœurs est fâchée



Le lundi 30 juillet les députés du Parlement vénézuélien qui sont partisans du régime "pseudo-révolutionnaire" et qui constituent la majorité simple des voix depuis le trucage des élections parlementaires en 2010 ont approuvé la suppression de l'immunité parlementaire du député de Primero Justicia Richard Mardo.
Mme le député, Maria Corina Machado explique dans cet entretien du NTN 24 qu'il s'agit là d'une nouvelle persécution contre tous les leaders politiques qui contestent l'autoritarisme et les faits de corruption, de détournement de l'argent public et d’enrichissement illicite dont les auteurs sont des hauts fonctionnaires du régime.
Différentes plaintes ont été interposées par ces parlementaires auprès du Tribunal Suprême vénézuélien qui dénoncent - outre les ravages de la révolution - la participation des membres du G2 cubain dans le contrôle de la fonction publique vénézuélienne, du bureau national d'identification et des Forces Armées. L'on observe que la suite donnée à ces accusations n'a pas été traité avec le soin et la promptitude des accusations portées contre les députés de l'opposition sous couvert du délit de "trahison à la patrie".
Mme Machado déclare que 9 sont les députés que le gouvernement a ciblé harcèle. Pour cela il emploi de moyens de persécution judiciaire dont le socle sont des preuves truquées. Les députés de l'opposition ont aussi été le flanc d'attaques personnelles, dirigés contre eux, contre leurs parents et amis à travers la diffusion, à travers la chaîne de l'Etat, d'informations manipulées, issues des faits d'espionnage qui constituent une atteinte à la vie personnelle non seulement des députés mais aussi de leurs proches.
Le mécanisme est le même que sur l'île dans le but d'anéantir et de neutraliser toute contestation.
La député souligne l'importance de la mobilisation générale et encourage les Vénézuéliens pour qu'ils continuent à se manifester par la voie démocratique. De même, elle invite à participer les citoyens aux élections du 8 décembre malgré les évidences notables qui indiquent la partialité de l'arbitre électoral (le CNE) et la mise au service et la soumission des institutions, des armes et de l'argent de l'Etat aux intérêts du régime.
La journaliste fait remarquer les déclarations du président de l'Assemblée nationale de M. Cabello sont paradoxales dès lors qu'il rejette la culpabilité des faits de corruption sur l'opposition. Ce à quoi la députée répond que les dirigeants politiques du régime ont exercé le pouvoir pendant plus de 14 années. Elle rappelle que ce sont eux qui ont fait deux coups d'Etat violents au Venezuela à la fin des années 1999, que lorsque le président Hugo Chavez est arrivé au pouvoir, le baril de pétrole était à seulement 8$... depuis les prix ont dépassé les 150$, leur donnant les moyens que n'importe quel autre de ces prédécesseurs n'aurait jamais rêvé. Ce sont eux qui ont acheté les armes qui sont trafiquées aujourd'hui dans les quartiers populaires. La violence qui a atteint les limites extravagantes depuis quelques années et qui constitue le principal fléau de la société vénézuélienne est le résultat d'un ensemble d'actions qui ont pour objectif de mettre en place un système de terrorisme d'Etat. Par ailleurs s'opère un mécanisme d'anéantissement de valeurs qui a plongé les Vénézuéliens dans une extrême dépression. Ces accusations contre l'opposition sont donc complètement invraisemblables et constituent une offense à la dignité des citoyens.


--------------------------
Par ailleurs, on retrouve la trace d'un autre persécuté politique du régime "révolutionnaire". Le journaliste Leocenis Garcia, arrêté aussi le 30 juillet sous l'accusation "de légitimation de capitaux", aujourd'hui privé de sa liberté à la suite de son procès qui a donné gain de cause au Ministère public : http://globovision.com/articulo/privan-de-libertad-a-leocenis-garcia-por-legitimacion-de-capitales

vendredi 26 juillet 2013

Faut-il aujourd'hui faire le deuil définitif de SIDOR ?

Je viens de lire à l'instant que SIDOR (l'industrie sidérurgique du Venezuela) ferme ses portes faute de réfracteurs. La nouvelle apparaît illustrée d'une piètre photo. Il se trouve que j'étais en train de travailler sur le Plan Quadriennal du président Romulo Betancourt pour la période 1960-1964. Alors, je peux vous assurer cela fait un drôle d'effet d'avoir entre ses mains tant des projets et des rêves et de se confronter à cette douloureuse réalité de voir gâchée l'oeuvre de toute une vie. Depuis déjà quelques années les travailleurs de cette industrie basique, fierté du pays et oeuvre de la période rayonnante du gouvernement de la coalition, sont en conflit avec le gouvernement "bolivarien". Cependant lorsque l'on cherche des information sur internet, l'on voit apparaître des titres encourageants qui font croire que SIDOR est aussi "révolutionnaire" que tout le Venezuela. Un Venezuela que beaucoup comparent désormais au pays de merveilles d'Alice, le personnage de Lewis Carroll, transposant la situation des Vénézuéliens à celle d'Alice derrière le miroir et à celle d'Alice devant le miroir. On a eu beau dénoncer les cas de corruption, la fraude électorale, les violences quotidiennes, l'insécurité, la pénurie, l'insoutenable inflation... Tout cela n'a aucune valeur face à ceux qui sont convaincus des bontés de ce régime. On entend les Vénézuéliens s'écrier : "ça y est ! on touche le fond !" Et le lendemain apparaît encore une nouvelle info qui nous fait répéter une fois de plus la même expression. Et moi, je me demande... " y a-t-il vraiment un fond ? "
Toute cette tragédie se joue avec la complaisance de ceux qui préfèrent suivre le lapin et rêver d'un pays des merveilles où qu'ils se trouvent et quelque soit la responsabilité politique qu'ils occupent. Eux, au moins, ils tirent un quelconque avantage ou n'ont juste rien à y faire.
Je ne rentrerai pas dans les détails de l'histoire d'un pays où la polarisation politique avait toujours était le talon d’Achille d'une société méfiante des divisions partisanes qui l'avaient conduite à des innombrables guerres pendant tout le XIXe siècle, passionné du débat politique, encline à se laisser périr pour une idéologie et qui a souffert les répressions et les manipulations de deux dictatures implacables, celle de Juan Vicente Gomez et celle de Marcos Pérez Jiménez. Le nouveau régime paraît réunir tous les maux du passé à lui seul.
La période 1960-1964 semblait mettre un terme et ouvrir la voie d'une histoire plus heureuse pour le Venezuela... aujourd'hui on laisse mourir tout cet héritage. Beaucoup ont laissé leur vie sur le chemin pour nous laisser un pays digne de ce nom, qu'on déchire aujourd'hui au nom d'une soi-disant révolution.

mardi 23 juillet 2013

De l'usage des médias en dictature : une pratique déjà connue au Venezuela, identifiée et dénoncée jadis par les Démocrates

EXTRAIT DU MESSAGE ANNUEL DU PRÉSIDENT CONSTITUTIONNEL DE LA RÉPUBLIQUE, MONSIEUR RÓMULO BETANCOURT, AU CONGRÈS NATIONAL

Malgré les fautes de technique budgétaire déjà notées, et qui se trouvent rectifiées dans le projet de budget pour l’exercice fiscal 1960-1964, malgré aussi les évidentes déficiences de la machine administrative vénézuélienne, l’action du gouvernement dans tous les secteurs offre un bilan que je n’hésite pas à qualifier de positif. C’est maintenant, en écoutant et en lisant ce Message, en voyant les chiffres des prêts accordés, des maisons, des écoles, des kilomètres de routes construites que la Nation pourra apprécier à quel point est favorable ce bilan. Car je ne nie pas qu’il n’y a pas eu de coordination pour informer l’opinion d’une manière constante et systématique sur ce que faisait le Gouvernement et où il le faisait. La Presse, la Radio, la Télévision n’ont pas été suffisamment utilisées, je ne dis pas pour louer les gouvernants mais pour réaffirmer avec preuves que les systèmes démocratiques ne sont pas seulement respectueux des libertés publiques, mais plus efficaces que les dictateurs dans la création de biens et de services utiles à tous.[1]

Il y a peut-être une autre explication du fait que l’on ne sache pas mieux ce que fait le Gouvernement et où et comment il le fait. C’est la tendance si marquée chez les commentateurs de la presse et autres moyens d’expression, à quelque parti qu’ils appartiennent, à donner tout leur intérêt aux questions purement politiques, aux frictions entre partis, aux débats idéologiques abstraits. Déjà Depons, le Comte de Ségur, Humboldt et autres voyageurs intelligents qui nous visitèrent au XIXe siècle remarquèrent le goût et la délectation que prenait le peuple de Caracas dans le débat politique. Comme les provinciaux qui viennent vivre au pied de l’Avila semblent se contaminer de cette tendance, et Caracas, étant la capitale politique et administrative du pays il suit que cette tonique du débat polarisé vers la politique pure, et ne touchant que par la tangente les problèmes administratifs et économiques, influe sur tout le pays. Je ne critique pas : je formule une observation évidente avec laquelle je pense que seront d’accord toutes les personnes de bonne foi qui ne sont pas seulement à l’affût des paroles d’un Chef d’État pour les interpréter avec malveillance à des fins sectaires. Et de même que je constate le fait, je signale comme possible et désirable que l’on mette une sourdine à ces débats qui n’intéressent que le pays politique et laissent indifférentes la nation et cette énorme partie des Vénézuéliens qui n’aspirent qu’à voir résolus les problèmes concrets qui les affectent.

Caracas, le 29 avril 1960.



[1] L’utilisation extrême des médias à des fins de propagande politique a été une habitude invétérée des régimes dictatoriaux vénézuéliens.



C'est ainsi, grâce aux médias, que le dictateur Perez Jiménez (1950-1958) s'est soudain transformé dans le modernisateur de la Nation, quand bien même les rapports en matière d'éducation et des services sanitaires publics révèlent un recul notable.




Dans une dépêche du 24 février 1959, M. Pierre Denis, Ambassadeur de France au Venezuela, fermait ainsi sa présentation du 1er discours du Président Betancourt au Congrès (le 11 février 1958) :

 Arrivé au terme de son discours et constatant que le Gouvernement constitutionnel prend son départ, « avec la garantie d’un solide aval de l’opinion publique et assuré du loyal appui des Forces Armées », le Président rappelle à celles-ci les nombreux contacts qu’il vient d’établir avec elles dans tous les domaines et s’engage à veiller sur tous les problèmes qu’il leur reste à résoudre « derrière les façades de constructions spectaculaires qu’elles n’ont ni sollicitées, ni désirées ».[1]




[1] Le Président Betancourt fait référence aux travaux publics menés durant la dictature de Perez Jiménez, dans le cadre de sa « politique de concret ».

Le deuil Vénézuélien

« Nous solliciterons le concours d’autres gouvernements démocratiques d’Amérique pour demander conjointement que l’OEA exclue de son sein les Gouvernements dictatoriaux, non seulement parce qu’ils offensent la dignité de l’Amérique[1], mais aussi parce que l’article 1er de la Charte de Bogotá, acte constitutif de l’OEA, stipule que seuls peuvent faire partie de cet Organisme les Gouvernements dignes de respect, c’est-à-dire issus de la volonté populaire exprimée par la seule source légitime du pouvoir, à savoir des élections libres ».

Extrait du discours présidentiel de Rómulo Betancourt
Caracas, le 11 Février 1959



[1] Il faut entendre par là « du continent Américain ».


dimanche 21 juillet 2013

El cambio de nombres de Estados, Plazas y monumentos... uso inveterado de la pràctica polìtica

En los titulares de la prensa merideña del pasado 25 de enero de 2013 se volvía a hablar de la propuesta formulada por ante el Consejo legislativo del Estado para el cambio de nombre. En un primer tiempo, Alexis Montilla, actual gobernador y para entonces legislador del Estado, propuso el nombre de "Cuicas". Ha de haberle parecido demasiado largo el de "la tierra de los Timoto-cuicas" o quizás haya surgido el inconveniente de disputarse la legitimidad de este nombre con los Estados vecinos Táchira y Trujillo, para desistir de esta idea y terminar decidiéndose simplemente por el no menos largo "Estado bolivariano de Mérida", aunque aún nada se haya legislado al respecto. (1)
Hemos de aclarar que esta proposición no es nada novedosa. En realidad, esta práctica instaurada en política desde los tiempos de la Revolución francesa pareciera, pues, no tener fin en Venezuela. Para la época de la Francia revolucionaria, como es bien sabido, hasta el calendario gregoriano se modificó. Así pues, por efecto de un decreto del 25 vendémiaire del año II (16 de octubre de 1793) la Convention Nationale exigió la "descristianización" de los nombres de pueblos y comunas, calles y plazas : serían cambiados todos aquellos nombres comunales y los de las calles que comenzaran por "San" o "Santa", así como también todos aquellos que evocaran la feudalidad, la realeza, la superstición y todos aquellos símbolos de l'Ancien régime". (2)
Poco tardaría nuestro afrancesado Guzmán en trasladar dichas prácticas a Venezuela donde se hablaría del año primero, segundo, tercero, etc., de la Federación. En 1873 se bautizaría al Estado Guárico con su nombre y en 1881 se ampliarían sus límites bajo la denominación del "Gran Estado Guzmán Blanco". Diez años después se establece una nueva división territorial que integra a los Estados Zamora y Bermudes :

Detalle de un mapa de Venezuela para el año 1891. Fuente : AMAE, Correspondance politique et commerciale : Venezuela, 1890-1891, BLANCHARD DE FARGES, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire. DE LACVIVIER, secrétaire, n° 22
A propósito de cambio de nombres, en su "Noticia histórica de la ciudad de Mérida", Tulio Febres Cordero nos comenta lo siguiente acerca de las Calles y Plazas de la ciudad :
En documentos públicos coloniales, aparecen nombradas algunas calles, a saber: la de la Independencia, se llamaba "Calle Real"; la de Bolívar, "Calle del Hospital"; la de Lora, desde el Llano hasta el frente de la plaza mayor [hoy plaza Bolívar], "Calle de la Barranca".Los primeros pobladores dieron al barrio urbano de Milla el nombre de "El Calvario", tanto por ser la parte más alta de la ciudad, como por haber colocado allí, donde más se aproximan las barrancas de Mucujún y Milla, la Cruz o Humilladero con su Capilla.Las plazas, fuera de la mayor, hoy de Bolívar, eran consideradas por el nombre del templo existente en ellas, a saber: plaza de Milla, hoy de Sucre, plaza de Belén, hoy de Rivas Dávila; plaza del Espejo, que conserva su nombre; plaza del Llano, hoy de Rangel; plazoleta del Carmen, hoy Colon (3). Hubo antes del terremoto de 1812 otra plazuela, de San Francisco, a la cual daba el frente del antiguo templo del mismo nombre, situada en el crucero de las actuales calles de Lora y Federación. (4) Existe además, la plazoleta de Miranda, frente al atrio del actual templo de San Francisco, que era antes de San Agustín  hasta que se reedificó en 1856 por cuenta de la Orden Tercera. [...] (5)
Finalmente, puede que aquellos que vivamos más nos ocurra que no terminemos de sentir apego por un nombre o de aprendernos la historia de algún espacio; que no terminemos del todo de apropiarnos del alma de nuestra ciudad cuando a algún político se le ocurra, en vez de reparar alguna calle o puente, o de hacer lo necesario para asegurarse de que todos tengan acceso a los servicios básicos en zonas urbanas y rurales, cambiar algún nombre. Todo lo cual me hace finalmente recordar una historieta muy graciosa publicada en el año 1974 por el célebre dibujante argentino Quino, y pensar que se trata de una práctica política extendida a todo el continente suramericano. La historieta en cuestión expone el pensamiento de uno de los personajes creados por este excelente  narrador de la cotidianidad que más prefiero; y es quizás el más vivo retrato de las aspiraciones de reconocimiento que invaden al más común de todos los ciudadanos desde la invención de las Repúblicas modernas en nuestra querida América hispana. Les confieso que en alguna oportunidad me llegó a invadir la misma idea :


(1) Anibal Behrends, "Consejo Legislativo de Mérida cambiará el nombre del Estado", El Universal", Caracas, 31 de enero de 2013, URL: http://www.eluniversal.com/nacional-y-politica/130131/consejo-legislativo-de-merida-cambiara-el-nombre-del-estado.
(2) Jean-Baptiste Duvergier, "Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, avis du Conseil d'Etat", Archives de la Révolution" [En ligne], Paris, A. Guyot et Scribe, 1834, URL: http://archive.org/details/collectioncompl14duvegoog.
(3) Profanada en el 2004 por partidarios del nuevo movimiento revolucionario, entre cuyos ideales está la exaltación de "lo patrio", cuestión esta de difícil delimitación dado el complejo entramado de influencias históricas que marcaron el devenir de Venezuela.
(4) Allí se encuentra hoy día una estatua del célebre artista inglés Charles Chaplin y no la de José Gregorio Hernandez, como en muchas oportunidades lo escuché...
(5) Belquis Araque, Adelis León Gueveara, Alcides Monsalve y Gregory Zambrano (dir.), Clave Histórica de Mérida: Tulio Febres Cordero, 6ta éd., coll. Clásicos del Pensamiento Andino, Mérida, Universidad de Los Andes, Publicaciones del Vicerrectorado Académico, 2005, p. 87.

jeudi 18 juillet 2013

Lo dijo Guzmàn

De esta manera se expresaba el general Guzman Blanco en su discurso al Congreso en el año de 1876 :

Este caudillo de la revoluciòn liberal, gobernò a Venezuela de 1870 a 1877; de 1878 a 1884 y de 1886 a 1888.
Los cuarenta años a los que se refiere son aquellos que transcurren desde la separaciòn de Venezuela de la Gran Colombia (1830) hasta el triunfo de la revoluciòn federal y su llegada al poder (1870). De hecho, segùn las fuentes diplòmaticas de la época, recibiò con bastante desagrado desde Paris, la noticia de la repatriaciòn de los restos del general Pàez en 1888, los cuales se encontraban en una fosa comùn de los Estados Unidos.

Cualquier parecido con la realidad es pura coincidencia històrica...

jeudi 4 juillet 2013

L'éducation au Venezuela par A+B, rapporté par une étude publiée dans la documentation française en 1964

Dans un billet du mois d'avril, deux de mes lecteurs m'ont tenu tête à propos des bien faits de la révolution bolivarienne en matière d'éducation. L'image qu'ils donnaient du Venezuela était celle d'un pays où ce droit des citoyens et ce devoir de l'Etat, l'éducation, aurait été inexistant ou réservé aux élites.
Cet extrait d'une publication de la documentation française de 1964 sur le Venezuela contribuera à appuyer mes dires et à démentir le mythe de la révolution bolivarienne.








Rien de plus dur que casser le mythe de la propagande politique quand celui-ci a été financé par les sommes extraordinaires rapportés par le pétrole. On notera qu'en 2005 le prix mondial du baril du pétrole a fait rentrer au Venezuela des sommes extraordinaires d'argent. La vérité c'est qu'aucune nouvelle infrastructure a été créé pour assurer ce droit à une population vénézuélienne croissante (8 millions à la fin des années 1950, 18 million d'habitants dans les années 1980, 22 millions dans les années 1990 et un peu plus de 27 million selon le recensement de 2011 !).
Certaines salles d'informatique ont été équipées, certes, mais un cas sur dix ne mérite pas, à mon sens, l'admiration qu'à réussi à soulever le mythe de la révolution bolivarienne... Les quelques institutions expropriées qui ont servi d'installations aux universités bolivariennes, les chiffres gonflés de diplômés et des personnes "alphabétisées"  qui assuraient en réalité une clientèle électorale politique, auxquelles les quelques billets que le gouvernement leur assurait en s'inscrivant dans l'une des missions éducatives était un raison de plus pour appuyer le projet gouvernemental, ne sont pas, de mon point de vue, des véritables actions en faveur de la connaissance critique et de l'indépendance scientifique.
À presque un mois de la grève de la faim de la communauté universitaire - universités vieilles de plus de 300 ans, dont l'une, l'Université Centrale, déclarée patrimoine de l'humanité -, on entend à nouveau les médias cautionner le mensonge. Certains parlent d'universités semi-publiques... La diffusion de ces informations, tirées directement des porte-paroles d'un gouvernement illégitime, est honteuse pour la profession du journalisme.
Les universités du Venezuela, encore une fois, sont gratuites, publiques et autonomes. Les frais d'inscription de l'année sont purement symboliques (moins de 50 centimes d'euro dans tous les cas). Mon Alma Mater, l'Université des Andes, offre par ailleurs un service de RestoU entièrement gratuit depuis bien avant l'arrivée de Chavez au pouvoir.
Je pense que le Venezuela est l'un des rares pays, sinon le seul, où l'Etat assure tant des facilités pour l'éducation supérieure. Evidemment, l'augmentation exagérée de la population pendant les trente dernières années a mis en échec le système d'éducation publique. Les épreuves de sélection interne (car au Venezuela, le processus de sélection universitaire s'opère en amont à l'inscription) n'étaient certainement pas adaptées à une demande de plus en plus grandissante. Mais était-ce une raison pour que Chavez et son gouvernement condamnent à mort 4 décennies d'histoire académique de qualité ? Je ne le pense pas.
Encore une raison pour affirmer qu'il s'agit bel et bien d'un régime totalitaire, où la liberté de pensée est censurée car elle met en péril la façon dont le pays est dirigé et questionne la permanence des nouvelles élites au pouvoir.

L'évolution du système éducatif vénézuélien en chiffres (1955-1962) :
Tableau 44
Les inscriptions
Branches
1956-1957
1961-1962
Augmentation %
Jardins d’enfants et écoles primaires
694.193
1.297.965
87
Secondaire
52.420
122.311
133
Normale
7.697
32.434
321
Technique
17.021
49.602
191
Instituts pédagogiques
322
2.536
687
Universités
8.434
29.205
231
Enseignement pour adultes
20.000
36.000
80
Totaux
800.087
1570053
96



Graphique 1

Taux de continuité des études primaires au Venezuela
 Graphique 2
Taux de continuité des études secondaires au Venezuela

Graphique 4
Infrastructure éducative du Venezuela. Évolution entre 1957-1962

Pour  une vision plus approfondie de l'histoire universitaire et de l'histoire sociale et institutionnelle de l'éducation secondaire, nous renvoyons aux articles suivants en langue espagnole :

Reinaldo Rojas, « Historia de la universidad en Venezuela » [En ligne], Heuristica, N° 005, Mérida, Universidad de Los Andes, SABER-ULA, 31 août 2007, URL : http://www.saber.ula.ve/handle/123456789/21037

Suzuky Margarita Gomez, « Historia social et institucional de la educación secundaria. El liceo Andrés Bello de Caracas, 1925-1945 » [En ligne], Revista universitaria de investigación y diálogo académico, vol. 2, N° 1, 2006, URL : http://conhisremi.iuttol.edu.ve/pdf/ARTI000061.pdf.